Humeurs

Promenade en forêt

La nature manque ici, à Paris. Les musées, les immeubles haussmanniens et la Tour Eiffel ont leur charme, c’est certain, mais cela ne remplace pas pour moi la beauté de la nature et le calme qui y règne.

P1100582

Aux abords de la forêt de Compiègne – Picardie

Bien sûr, des efforts ont été faits pour rendre la capitale plus verte, les nombreux parcs et jardins parisiens en sont la preuve. Lorsque les beaux jours arrivent, j’aime m’y poser pour lire un livre ou pour passer un moment avec quelqu’un. C’est alors une sorte de renaissance, le soleil est une véritable caresse, les enfants qui jouent une joie, les touristes émerveillés qui photographient chaque canard, chaque fleur, chaque banc, un amusement. Le bonheur, quoi !

D’un autre côté, je trouve parfois ces parcs trop rigides, trop parfaits, trop emprunts de la main de l’homme. Tellement parfaits que dans certains, on ne peut même pas s’asseoir dans l’herbe. Le nombre de fois où je me suis faite chassée par le gardien (moi et tant d’autres) pour avoir osé m’allonger sur la pelouse du Jardin du Luxembourg … Encore faut-il alors trouver une petite place sur un banc, armé de patience, car au moindre rayon de soleil nous accourrons tous au même endroit. Autant dire que si l’on cherche la quiétude et le contact avec la nature, c’est mort.

Cela peut être frustrant, surtout lorsqu’on vient d’une île. À l’Île de la Réunion, la nature est présente partout, sous des formes multiples et variées : En voiture, on peut passer assez rapidement de la mer à la montagne, de la montagne à la rivière, de la rivière à la forêt, de la forêt au volcan. Sans compter les jardins des réunionnais, remplis de plantes, fleurs et fruits. Les forêts réunionnaises sont par ailleurs magnifiques. Celles qui sont dans les Hauts de l’Ile sont agréables pour leur fraîcheur. Mais qu’elles soient près des côtes ou dans les montagnes, on y trouve dans tous les cas de nombreuses plantes endémiques, les arbres sont grands, imposants et dans le silence qui y règne, les oiseaux chantent, une si douce mélodie pour les oreilles.

Plaine des Cafres – Île de la Réunion

En venant vivre à Paris, je savais que j’allais devoir renoncer à certaines choses, mais je me voyais mal couper tout contact avec Dame Nature, surtout que la métropole française a son lot de magnifiques paysages. Pourtant, sans voiture, les choses se compliquent. Il y a le train, certes, mais pour des raisons financières, je me vois mal l’utiliser tous les weekends pour visiter le pays. Non pas que l’envie me manque, loin de là. Heureusement, l’Île-de-France et les régions environnantes ont aussi un patrimoine naturel riche, pour peu qu’on se donne la peine de chercher. Je l’admets, se farcir deux heures de RER pour une promenade au cœur de la nature n’est pas vraiment alléchant. Je me suis donc tournée vers la location de voitures. Chez un concessionnaire automobile ? Non, trop de contraintes et souvent trop cher si l’on compte les frais de location et la caution. Pas de panique, Internet est là, avec son lot d’entreprises innovantes comme Drivy qui permet de louer des voitures entre particuliers, à petits prix. Me voilà sauvée : Dès que l’envie me prends, avec mon amoureux, nous sillonnons les petites routes d’Île-de-France et parfois, des régions voisines, à la recherche de jolies forêts. 

En été, on apporte une grande nappe, celle qui nous suit partout depuis des années maintenant, qui a fait le voyage Réunion-Paris et qui fera probablement le voyage Paris-Réunion un jour. Enfin, j’espère, car on a failli l’oublier sur une table dans la forêt de Montmorency (Val-d’Oise) il y a quelques mois. Bref. On mange parmi les arbres l’éternelle salade tomates – avocats -mangue, on lit, on sourit aux passants, on imagine notre vie dans 5 ans, on fait la sieste aussi (souvent).

En hiver, la forêt est plus humide, plus fraîche, mais cela ne nous empêche pas de l’apprécier. À défaut de s’asseoir, on marche, on observe. Parfois on court aussi, non sans glisser. Ce choc lorsqu’un jour, en courant dans un sentier avec des amis, la Maman de Bambi a traversé là, à moins de deux mètres de nous. Belle rencontre après coup.

P1100617.JPG

Chaque promenade au cœur de la forêt est un regain d’énergies. Les mille et une couleurs, les odeurs, les feuilles qui craquent sous mes pas. Un moment de paix comme il y en a peu dans le brouhaha des grandes villes. Un moment de retrouvailles, de communion avec cette nature qui m’est si précieuse.

Une réflexion au sujet de « Promenade en forêt »

  1. Bravo ma chérie c’est un très beau texte pour petite visite d’un bois.J’adore les sous-bois en automne pour la diversité des couleurs et son odeur.Nous pensons beaucoup à toi ta mère et ton père qui t’aime!!!!!!!!bisous à tous les deux…..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s