Changement de cap

Changement de cap !

Je suis de retour chez moi, à l’Île de la Réunion...

Non, pas en vacances cette fois-ci, mais pour m’y installer définitivement. Enfin, peut-être pas définitivement d’ailleurs, car qui sait ce que la vie me réserve ? 

J’ai pris cette décision il y a un an, le 1er janvier 2017 exactement, au même moment où j’écrivais mon article « 2017 : Vis tes rêves.» J’expliquais alors combien il était important de réaliser ses rêves, tant la vie est courte. Je me parlais un peu à moi-même en l’écrivant.

Il y a cinq ans, mon rêve était de découvrir la France métropolitaine, Paris, l’Europe, le monde. Je voulais prendre mon envol, voir et vivre de nouvelles choses. Je ne regrette rien, j’ai vécu tous ces moments intensément. J’ai toujours ce même rêve, même s’il est légèrement modifié : Voyager, oui. Mais ma vie ne se résume pas aux voyages (cela ne serait pas pour me déplaire, cela dit). Alors s’il s’agit de vivre de manière permanente dans un endroit, je choisis La Réunion. 

Je ne peux m’empêcher de penser à la chanson « La Terre est ronde » d’Orelsan, qui trottait dans ma tête ces dernières années :

Au fond j’crois qu’la terre est ronde
Pour une seule bonne raison…
Après avoir fait l’tour du monde
Tout c’qu’on veut c’est être à la maison.

La Réunion a toujours été dans mon cœur, pour tellement de raisons différentes qu’il m’est impossible de les lister. C’est ici que je me sens vraiment chez moi, même si ce chez moi est perdu dans l’océan Indien, pratiquement coupé du reste du monde. 

Pour réaliser mon rêve, j’ai décidé de renoncer à la sécurité.

En France métropolitaine, j’avais un travail, une situation. Je ne gagnais pas des millions, mais assez d’argent pour vivre décemment, pour faire des petits voyages de temps en temps et c’était génial. Mais je me suis aperçue, une fois que j’avais tout ce pourquoi je m’étais battue, que cela ne suffisait pas. Ma famille et l’île toute entière me manquaient. C’est un exemple de l’impermanence de la vie : On espère pendant longtemps atteindre une vitesse de croisière et une fois qu’on l’a, on se lasse, on veut passer à autre chose. 

Toujours est-il que cette décision n’était pas anodine car je renonçais en même temps à la sécurité. Plusieurs de mes proches n’ont pas compris. Ils projetèrent sur moi leurs propres peurs, qui sont devenues les miennes , il faut bien l’avouer : Celle de se retrouver sans emploi, celle de ne pas savoir ce que réserve l’avenir, celle de se sentir enfermée sur une petite île … 

Comment expliquer, notamment à des personnes qui n’ont jamais pris le moindre risque, que je devais au moins essayer ? Que je ne me voyais pas forcément avec un avenir déjà tout tracé, dans la même entreprise, en région parisienne, jusqu’à la fin de mes jours ? 

Oui, je peux échouer. Oui, ce sera peut être difficile. Oui, je renonce à la sécurité, à un certain niveau social – en tout cas pour l’instant. Mais comme je l’ai souligné plus haut, s’il y a bien quelque chose qui caractérise notre existence, c’est son impermanence. L’argent, ça va, ça vient et c’est pareil pour tout le reste. 

Et comme un proverbe créole le dit si bien : « Pas capab lé mort sans essayé »

Bref, désormais, tous mes articles seront écrits depuis la Réunion. C’est ma petite touche d’exotisme, c’est cadeau 🙂

Amandine

 

8 commentaires sur « Changement de cap »

  1. Bonjour,

    Je vous comprends bien sur votre désir de rentrer: étant moi aussi originaire de cette île magnifique, je ne peux que comprendre votre choix d’y revenir y vivre. Même si c’est compliqué, on est presque obligé de revenir tellement cet endroit fait partie de nous.

    Comment ? Pourquoi ? Il m’est impossible de l’expliquer mais c’est ainsi.

    La chanson que vous avez choisi traduit d’ailleurs bien cet esprit.

    Moi aussi un jour je compte bien revenir.

    En attendant, bon retour à vous et que la chance vous accompagne dans tout ce que vous ferez…..surtout pour continuer les articles 😀

    Cordialement,

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Connaissant certains réunionnais qui ont quitté leur île faute de trouver du travail, grande décision courageuse de ta part !
    Tu dis avoir pris ta décision depuis le 1er janvier 2017, pourquoi avoir attendu un an avant de sauter le pas?
    Du courage et de beaux projets !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Jules,
      Il y aussi beaucoup de réunionnais qui rentrent et qui trouvent du travail, ne l’oublions pas (même si on en parle moins).
      J’ai attendu un an car j’avais un autre grand projet en cours : Mon trek au Népal, que j’ai réalisé en novembre dernier.
      Merci, j’y travaille ☺

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s